Comment reconnaitre son stress ?

Se sentir stressé est une chose, mais savoir d’où ça vient c’est mieux. Notre corps traduit bien de quel type de stress on souffre. Décryptage.

Les réactions physiques au stress

Au niveau physiologique, le stress va avoir une influence au niveau de la constriction musculaire. Les muscles se tendent afin de se préparer à une action rapide. Ceci a bien sûr une conséquence sur le corps.

En fonction des personnes, la zone très activée par le stress diffère. Cela dépend de notre activité stressante.
Si celle-ci est intellectuelle, la tension va se créer au niveau de la nuque et des épaules. Les muscles se gainent, comprimant les nerfs et les veines qui innervent le cerveau.
De la même façon que l’on appuie sur un jet d’eau, le débit devient plus puissant, ainsi l’influx électrique et sanguin devient plus violent occasionnant des maux de tête et une moins bonne flexibilité cognitive.

Et vous, quelle est votre réaction physique au stress ?

Où est-ce que vous vous sentez contracté lorsque vous êtes stressé ?

  • À la nuque ?
  • À la gorge ?
  • À la poitrine ?
  • Au ventre ?

Si c’est à la nuque, ceci peut rejoindre une difficulté à maîtriser un sujet ou à comprendre une situation. Cette envie génère une tension au niveau du haut de la nuque et contracte les muscles faciaux afin d’augmenter la capacité d’attention sélective.
Ceci sous-tend en général une volonté de réussite et de manière sous-jacente, une peur de l’échec.

Si c’est à la gorge, on parle plus de problèmes d’expression. La parole est le vecteur entre le monde intérieur et le monde extérieur. Le monde extérieur peut-être angoissant pour notre personne et ainsi risquer un bruit pourrait causer des moqueries, des critiques et du rejet.
À ce moment-là, on se dit : « j’aurais mieux fait de me taire. » Ce qui génère une contraction au niveau de la gorge. Si cette angoisse est récurrente, la gorge reste serrée et peut créer des problèmes d’infections à répétition (angine par exemple).

Si c’est à la poitrine, on se centre sur les problèmes liés au soi à son estime personnelle. La poitrine renfermant le cœur, celui-ci est le trésor que préserve la muraille de la cage thoracique. Lorsque les portes se ferment à cet endroit, ceci est indicateur d’une attaque directe sur sa personne.
Dans ce cas-là, la plupart du temps, on se sent rejeté. Ceci peut générer des problèmes respiratoires (asthme) ou cardiaques (tachycardie, bradycardie).

Si c’est au ventre, on s’attaque au réservoir. Il est le centre de l’énergie interne dans les arts martiaux traditionnels chinois et japonais, le Hara. Lorsque celui-ci est comprimé, c’est que les ressources ne sont pas suffisantes.
La personne pense souvent qu’elle n’a pas les compétences, qu’elle n’y arrivera pas. Ceci entraîne une baisse d’envie et une tendance à la léthargie.

Le conseil de Nancy

Un conseil simple pour réduire ces problèmes : l’Attention et le massage.

Le fait de joindre une attention calme et un contact détendu sur les zones touchées permet de réduire la tension localisée à ces endroits. Ces actions ont un double effet :

  1. Prévenir les problèmes physiques
  2. Réduire les associations mentales négatives associées au mal-être à ces endroits.

Le corps et l’esprit marchent de concert, réduire les problèmes chez l’un réduit les problèmes chez l’autre. Lorsque corps et esprit se détendent, ils deviennent le vecteur de l’évolution et non de la stagnation.

Si comme en une cloche brisée, rien ne résonne plus en toi, tu as atteint le nirvana : tout conflit a cessé.

Bouddha

Pour justement faire une premier pas dans sa gestion du stress, je vous conseille mon e-book gratuit «Kit de survie anti-stress » afin de trouver la solution la mieux adaptée à votre personnalité.